CONTACT RAP

Utilisation de cultures intercalaires en pépinière

Auteur

Philippe Roch , agr.

Publié le

18 octobre 2022

Billet adapté de la fiche Utilisation de cultures intercalaires en pépinière du RAP Pépinières ornementales.

Dans les productions agricoles, les cultures intercalaires sont des plantes herbacées semées entre les rangs pour couvrir le sol.

Composition d’une culture intercalaire

Les cycles de production en pépinière étant de 2 à 6 ans, la culture intercalaire est habituellement présente durant toute cette durée. Une fois établies, les plantes vivaces formeront l’essentiel du couvert végétal intercalaire pendant toute la durée du cycle de production. On les choisit selon des objectifs d’amélioration des sols, mais aussi selon le type de sol et les conditions climatiques du site. Leurs caractéristiques de croissance ainsi que les contraintes culturales doivent être considérées lors de la sélection. Un mélange d’espèces permet de profiter des avantages fournis par différentes espèces de plantes. Il permet aussi une certaine résilience face à des conditions climatiques changeantes.

Néanmoins, la plupart des plantes vivaces utilisables en cultures intercalaires ont néanmoins le défaut de croître lentement la première année. Une espèce annuelle peut être semée comme plante-abris. Son premier rôle sera d’empêcher l’établissement des mauvaises herbes la première année. Elle peut aussi contribuer à d’autres fonctions, comme l’amélioration de la structure du sol, l’accumulation de matière organique ou la fixation d’azote atmosphérique.

Les familles de plantes

Les végétaux couramment utilisés en culture intercalaire en pépinière appartiennent généralement à
3 familles : les graminées, les légumineuses et les brassicacées.

Graminées

Le principal atout des graminées est d’améliorer la portance du sol et de le protéger contre l’érosion grâce à leur système racinaire dense et fibreux. Ce sont aussi de fortes consommatrices d’azote. Elles captent ainsi les surplus d’azote des engrais dans leurs tissus. Puisqu’elles se décomposent lentement, elles le remettront en circulation dans le sol lentement dans le sol, le remettant disponible pour les cultures.

Légumineuses

Les légumineuses sont une famille qui se démarque par leur capacité de fixer l’azote atmosphérique grâce à des symbioses avec des bactéries Rhizobium. Cet azote devient ensuite disponible à la culture principale. Elles sont donc une source d’azote pour les cultures. Elles sont aussi très attractives pour les pollinisateurs et les prédateurs.

Brassicacées

Les brassicacées semées dans les allées enherbées sont généralement des annuelles utilisées comme plante-abri la première année. Ces plantes sont de fortes consommatrices d’azote, et se décomposent très rapidement.  Elle capte ainsi les surplus de fertilisants et les retourne aux cultures rapidement.

Moutarde (Synapis sp.)
Photo : IQDHO

Des tableaux exhaustifs présentant les espèces de cultures intercalaires avec leurs caractéristiques et leurs taux de semis sont disponibles dans la fiche du RAP : Utilisation de cultures intercalaires en pépinière (voir le cyberlien à la fin de l’article).

Implantation

L’implantation se fait généralement au printemps, dans les jours suivants la plantation de la culture principale. Il est aussi possible d’établir la culture intercalaire à l’automne, pourvu que les températures soient fraîches et humides. Néanmoins, il ne faut pas implanter les cultures intercalaires durant l’été, car les précipitations sont souvent insuffisantes. Aucune fertilisation azotée n’est habituellement apportée à la culture intercalaire.

Le semis est une étape cruciale dans l’implantation de l’intercalaire. Il peut être effectué à la volée, mais le semis sera plus précis avec un semoir par gravité. Dans tous les cas, un léger travail du sol pour faciliter le contact sol-semence favorise beaucoup la germination.

Semis d’une culture intercalaire
Photo : IQDHO

Entretien

Si l’implantation est bien réussie et que les espèces sont adaptées au milieu, l’essentiel de l’entretien se limite à la fauche.  Il faut faucher à au moins 8-10 cm pour s’assurer de la vigueur et d’une bonne compétition contre les mauvaises herbes.

Tonte d’une culture intercalaire
Photo : IQDHO

Le désherbage sur le rang

Même si une implantation adéquate et une fauche raisonnée permettent de contrôler l’essentiel des mauvaises herbes dans les entre-rangs, les rangs de la culture principale doivent être désherbés. Une bande d’environ 30 cm est habituellement désherbée de chaque côté de la culture principale.

Chaque entreprise ayant ses contraintes et façons de produire, le désherbage peut être manuel, mécanique ou chimique. Le désherbage manuel est très coûteux et est surtout indiqué pour les très petites superficies. Quant à lui, le désherbage mécanique est réalisé à l’aide d’outils spécialisés pour le désherbage entre les arbres. Bien que les outils soient adaptés à cette pratique, les troncs peuvent parfois être endommagés et les arbres déchaussés. Finalement, l’utilisation d’herbicides est souvent la méthode la plus efficace et la moins coûteuse pour désherber le rang. Il faut cependant faire attention à utiliser un herbicide contrôlant les mauvaises herbes et les intercalaires qui ramperaient sur le rang tout en étant sécuritaires pour la culture principale. Il faut aussi faire attention à n’appliquer l’herbicide que sur une bande que sur le rang.

Pour conclure, les intercalaires peuvent décidément apporter des bénéfices en pépinière. Bien qu’elles alourdissent certaines opérations aux champs et représentent une charge, leurs avantages dépassent largement ces inconvénients. Elles améliorent la structure, la fertilité et la biodiversité des sols et surtout les protègent contre l’érosion. La portance des champs est aussi grandement augmentée pour la machinerie. Les tracteurs circuleront plus tôt en saison et s’enliseront moins souvent. Les pollinisateurs et les prédateurs sont aussi attirés par ce nouvel écosystème agricole. Semer des intercalaires est donc un choix sensé pour les producteurs…. et pour l’environnement.

Pour plus d’informations, consulter la fiche complète du RAP : Utilisation de cultures intercalaires en pépinière.